Les Bois de la justice ( la solution )

Les Bois de la Justice

 

                       

 Toulouse : la foule et Deibler au palais de justice

 

Question 1 : En quelle année a été prise cette photographie et par qui ? 1 pt par réponse è 2pt maxi

Cette photo a été prise en MAI 1901 par EUGENE TRUTAT (1840-1910).

https://www.flickr.com/photos/museumdetoulouse/5933719014

 

 

Charles Louis Eugène Trutat est né le 25 août 1840 à Vernon, EURE et mort le 6 août 1910 à Foix, ARIEGE, il est photographe, pyrénéiste, géologue et naturaliste français. Il fut directeur du muséum d’histoire naturelle de Toulouse

 

Question 2 : Qui est ce fameux Deibler ? D’où vient-il et quel objet particulier apporte-t-il dans ses bagages ? 1 pt par réponse è 3pt maxi

 

Anatole Deibler était « l’exécuteur des hautes oeuvres », le terme officiel, autrement dit le bourreau qui actionnait la guillotine. Il habitait Paris, et se déplaçait avec ces aides, la guillotine

et l’échafaud (« les bois de justice »), dans toute la France, là où une exécution devait avoir lieu.

Il a pris la succession de son père, Louis Deibler, en janvier 1899.

 

 

Question 3 : Qui est la personne pour qui Deibler se déplace à Toulouse et de quoi est-il accusé ? 1 pt par réponse è 2pt maxi

 

Il s’agit de Jean Allières qui est accusé de parricide sur la personne de sa mère.

 

Question 4 : Quelles sont les deux blessures infligées à la victime ? 1 pt par réponse è 2pt maxi

 

D’après la Presse, il lui porta cinq coups d’une hache dans la tête, sur la région temporale, et lui broya les côtes en faisant pression de ses genoux.

 

Durant le procès, le médecin légiste parle de 7 blessures au crâne et de 6 côtes broyées. Il parle également d’un amaigrissement excessif, d’un gros intestin atrophié et un estomac anormalement rétréci ce qui l’amène à conclure de plus qu’elle mourrait de faim depuis longtemps déjà.

 

 

Question 5 : Comment s’appelle l’avocat de l’accusé ? 1 pt Et que plaide-t-il dans cette affaire afin de tenter d’atténuer la condamnation ? 3 pt è 4 pt maxi

 

L’avocat s’appelle Maître Louis Marie Joseph Clément Ebelot. D’après le Petit Journal du 11 Février 1901, Maître Louis Ebelot insiste particulièrement sur les actes d’incohérence constatés chez Jean Allières, sur ses tares ataviques, sur sa dégénérescence, pour conclure, sinon à son entière irresponsabilité, du moins à une très large atténuation de cette responsabilité.

 

 

 

Question 6 : Quelle est la date du jugement de la Cour d’Assises de Toulouse dans cette affaire 1 pt et quels sont les deux recours déposés par l’accusé ? 2 pt par recours è 5 pt maxi

 

Un article de la Dépêche daté du 02 Mai 1901 retrace toute l’affaire : https://rosalis.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/12148/bpt6k4116410x/f3.item.r=ALLIERES.zoom

 

Le jugement est daté du 10 Février 1901. Jean Allières s’est pourvu en Cassation le 13 Février 1901 (pourvoi rejeté le 28 Mars) et a déposé un recours en Grâce Présidentielle rejeté le 22 Avril 1901.

 

 

Question 7 : A combien se montent les frais de procédure auxquels l’accusé est condamné ? 2 pts

 

Les frais de procédure se montent à 279,26 Francs, comme indiqué dans le compte rendu de jugement :

 

 

 

Plusieurs d’entre vous ont mentionné le fait que les comptes rendus d’audience ou de jugement, ainsi que les registres d’écrous pour une affaire criminelle jugée en 1901 ne sont consultables qu’en salle de lecture.

 

Cependant, il existe un forum sur lequel nous pouvons retrouver diverses affaires concernant les condamnés à mort par guillotine : http://guillotine.1fr1.net. Le compte rendu de jugement de Jean Allières a été numérisé et est disponible à l’adresse suivante : http://guillotine.1fr1.net/t1427p25-jean-allieres-guillotine-a-toulouse-1901

 

En voici le détail : (le montant des frais de justice est en haut de la quatrième page)

 

   

 

 

Question 8 : Notre accusé a prévenu un voisin, parent de la victime dès le drame survenu. Qui est ce voisin ? 5 pts

 

D’après le journal La croix du 29/11/1900, il s’agit d’un certain Germain qui habite de l’autre côté de la route :

 

D’après le recensement de 1896 il s’agit de Germain Coutié qui habite effectivement en face de la maison d’Allières :

 

 

 

Question 9 : Quel est le lien de parenté du voisin avec la victime ? 3 pts

 

Il y avait deux moyens de retrouver un lien de parenté, soit par la femme de Germain Coutié, Jeanne Carcy :

 

 

Soit par l’oncle du mari de la victime :

 

 

Question 10 : Un deuxième parent est mentionné sur l’acte de décès de la victime. Qui est-il et quel est son lien de parenté avec l’accusé ? 2 pts

 

Il s’agit de Jean Marie Louis Allières :

 

Il est né le né le 11 octobre 1866 à Labarthe-sur-Lèze :

 

Il n’est autre que le fils de Pierre Allières, frère du mari de la victime, et de et Marguerite Bergeaud. Dans l’acte de décès de Pierre Allières, il est de plus mentionné leurs grands parents communs, Louis Allières et Guitterie Carcy :

 

 

Il est donc le cousin germain de Jean Allières.

 

Question 11 : Où et à quelle heure la sentence est-elle mise à exécution ? 2 pts

 

Divers articles de presse mentionnent 04h35 du matin

 

 

Cependant, l’acte de décès repris dans la presse du 04 Mai mentionne 04h30

 

 

Voici l’extrait de l’acte de décès :

 

 

Jean Allières est donc décédé Place du Port Garaud à 04h30 du matin.

 

Question 12 : Combien le père de l’accusé a-t-il eu d’enfants ? 2 pts

 

Dans l’acte de mariage de Jean Pierre Allières et Madeleine Gay daté du 05 Février 1871, il est mentionné que Jean Pierre Allières est « veuf, sans enfants en premières noces de Carrière Jacquette » :

 

 

En épluchant les tables décennales et les registres à partir de cette date, on ne trouve aucune trace d’un autre enfant de Jean Allières et Madeleine Gay autre que Jean Allières, notre accusé. Cependant, être veuf sans enfant en premières noces ne veut absolument pas dire qu’il n’en a pas eu avec Jacquette Carrière !

 

Jean Allières et Jacquette Carrière se sont mariés le 10 Mai 1846 à Labarthe :

 

 

En recherchant à partir de cette date, on ne retrouve aucune trace d’un enfant de ce couple sur la commune de Labarthe.

 

En recherchant els actes de naissance et décès de Jacquette, on se rend compte qu’elle est née et décédée dans la commune de Clermont :

 

 

Il est donc fort probable que le couple, s’étant marié dans la commune de Labarthe, vivait en fait à Clermont. Et en effet, en recherchant dans les registres de Clermont, on trouve bien trace d’une fille, Marie, née le 01 Mars 1847 :

 

 

Qui est décédée le 26 Novembre 1861 à Clermont :

 

 

Jean Allières, le père de notre homme a donc eu deux enfants.

 

Question 13 : Retrouvez l’acte de Mariage des Sosa 4 & 5 de l’accusé 1 pt

 

Les Sosas 4 & 5 de Jean Allières sont Jean Joseph Louis Allières et Guitterie Carcy, ils se sont mariés le 11 Février 1816 à Labarthe (page 88/99 du registre d’état civil) :

 

 

Question 14 : Pour quelle raison l’accusé a-t-il été dispensé de service militaire ? 2 pts

 

En recherchant son registre des matricules, on découvre qu’il a été dispensé car il était fils unique de veuve

 

 

Question 15 : Qui était le père de l’avocat de l’accusé et quelle fonction a-t-il exercé à plusieurs reprises ? 1 pt par réponse è 2pt maxi

 

Son père était Etienne Henri Paulin Marie Edmond Ebelot (Saint-Gaudens, 20 août 1831Toulouse, 21 août 1902) :

 

Acte de naissance du père le 20 Août 1831 :

 

 

Acte de mariage Etienne Ebelot et Clara Marie Michèle d’Aujereau le 21 Octobre 1860 :

 

 

Acte de naissance Louis Ebelot le 04/01/1863 à Saint Gaudens :

 

 

Etienne Henri Paulin Marie Edmond Ebelot a exercé la fonction de maire de Toulouse de 1871 à 1874, en 1876 et de fin 1877 à 1881 :

 

 

On retrouve les dates exactes sur le site de la mairie de Toulouse :

 

 

Question 16 : A quoi correspond ce numéro ? 3 pts

 

 

Dans l’acte de décès d’Etienne Henri Paulin Marie Edmond Ebelot, il est indiqué qu’il était Chevalier de la Légion d’Honneur :

 

 

En recherchant son dossier dans la base LEONORE :

 

http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=EBELOT

 

 

 

Il s’agit en effet du numéro dans l’ordre national de la Légion d’Honneur d’Etienne Henri Paulin Marie Edmond Ebelot :

 

 

Question 17 : En quelle année l’avocat de l’accusé se présente-t-il pour la première fois aux élections législatives ? Pour succéder à qui ? 2 pt par réponse è 4 pt maxi

 

Dans la presse on retrouve la trace de la candidature de Louis Ebelot à plusieurs élections législatives :

 

En 1906 à Toulouse par exemple pour succéder à Couderc :

 

En 1905 à Toulouse pour succéder à Honoré Serres :

 

Ou encore en 1902, toujours à Toulouse :

 

Mais la première fois que Louis Ebelot se présente aux élections législative est en 1895, dans le canton de Saint Béat :

 

Pour succéder à Mr Poque, qui a été élu en Juillet 1889 et qui se représente une nouvelle fois

 

Question 18 : A quelles autres élections se présente-t-il en 1907 ? 2 pt

 

Louis Ebelot se présente aux sénatoriales du 10 novembre 1907 :

 

 

Question 19 : Auprès de quel notaire l’avocat de l’accusé a-t-il passé un contrat de mariage et à quelle date ? 1 pt par réponse è 2 pt maxi

 

Dans son acte de mariage du 29 Mars 1897, il est indiqué qu’un contrat de mariage a été passé le même jour (29-03-1897) devant Maitre Lansac, notaire à Toulouse :

 

 

Il s’agit de Jean Jacques Lansac né à Muret le 01 Mars 1828 et décédé à Toulouse le 27 Juin 1905.

Le classement des participants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *