La Solution de l’énigme de Folie…

Bonjour
L’aliéné, les monarchistes, le couple d’amoureux et le généalogiste…
Voici une histoire découverte fortuitement, que j’ai souhaité vous faire partager…
Comme il se doit, nous sommes en Haute-Garonne en 1913 où « La Dépêche » relaie une information judiciaire qui ne peut que fasciner l’opinion…
Elle débute suite au décès le 26 octobre 1911, d’un homme interné à Braqueville…
⦁ Braqueville :
⦁ Quel est le nom actuel de l’asile ? (0.25 pt)
⦁ C’est en 1937 en l’honneur de son fondateur et alors que les asiles deviennent des hôpitaux psychiatriques que l’asile de Braqueville fut rebaptisé « centre Hospitalier Gérard Marchant ».
⦁ Voici le portrait de son fondateur, donnez son identité, la date et le lieu de sa naissance. (0.25 pt)

⦁ Marchant Gérard né le 11 mars 1813 à Saint-Béat

 ADHG Saint-Béat 2 E IM 5972 – Saint-Béat, 1 E 9 registre d’état civil : NMD collection communale 1813-1822 vue 6 /362
⦁ Dans quelles circonstances est-il décédé ? (0.25 pt)
⦁ Après avoir reçu un coup de revolver d’un patient.

⦁ https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9606398w/f14.item.r=MARCHANT.zoom
⦁ Et, dans la Dépêche :

⦁ Quelle était la profession de son père ? (0.25 pt)
⦁ C’est soit sur son acte de mariage ou sur l’acte de décès de son père que l’on trouve la réponse :
⦁ Son père était pharmacien

⦁ Archives municipales de Toulouse Mariages 1848 vue 139/264 mariage Gérard Marchant & Pessieto Françoise
⦁ Un monument érigé à l’entrée de cet hôpital rend hommage à deux autres grands cliniciens de la psychiatrie, qui sont-ils ? (0.5 pt x2)

⦁ https://archivesnumeriques.carmaux.fr/viewer/206/#page=4&viewer=picture&o=&n=0&q=

L’aliéné & sa famille
⦁ Revenons au décès de cet interné à l’asile de Braqueville, de qui s’agit-il ? (2 pts)
⦁ En premier lieu, consultation des Archives municipales de Toulouse & le registre décès 1911 (côte 1E661) découvrir l’homme qui est décédé quartier Gironis adresse à l’époque de l’asile de Braqueville et, c’est :
⦁ Albert Sapene né à Paris en 1850 ou 1851 selon les sources

⦁ Un de ses cousins fut, entre autres, producteur, retrouvez-le ainsi que le couple d’ancêtres en 1769 qui les relie. (2 pts)

⦁ Dans sa généalogie, qui exerçait ce métier dont le patron est Saint-Eloi ? (1 pt)
⦁ C’est son grand-père maternel Bernard Talazac qui exerçait le métier d’arquebusier :
C’est celui qui fabrique et vend des arbalètes, fusils, mousquets…
cf. mariage de ses parents :

⦁ ADHG Bagnères de Luchon NMD 1847 vue 44 & 45/69 Mariage de François Sapene &Talazac Françoise, Fulgence
⦁ Au décours de la correction, j’ai rajouté la réponse suivante comme juste n’ayant pas assez précisé ma question :
⦁ Roger Talazac serrurier Sosa numéro 10 (forgeron à son mariage en 1771) Traditionnellement, Saint Eloi est le patron des bijoutiers, orfèvres et forgerons.
⦁ (AD31 – Acte de mariage page 6/78) Roger TALAZAC est le père de la grand-mère paternelle de Albert SAPÈNE

⦁ Que stipule le testament de l’aliéné ? (0.50 pt)
⦁ Il lègue sa fortune au roi d’Espagne

⦁ Comment son père a-t-il fait fortune ? (0.50 pt)
⦁ Maître-imprimeur
⦁ Fondateur du journal « le matin »
⦁ Participation au creusement de l’isthme de Panama

⦁ Revue du Comminges

⦁ Quelle éducation inculqua-t-il à son fils ? (1 pt)
⦁ Des opinions monarchistes, le goût de la particule et des titres de noblesse…

⦁ Journal « Le temps » du 22 mai 1921 article intitulé « Après l’audience »
⦁ Pourquoi déshérite-t-il sa fille ? (0.50 pt)
-parce qu’il refuse de consentir au mariage qu’elle souhaite avec un roturier et qu’elle passe outre…

⦁ Revue du Comminges

⦁ Romain Cazes, élève d’Ingres a réalisé une esquisse au crayon, de cette fille très belle, qui est-elle ? Où et quand est-elle née ? (0.50 pt)
⦁ Gabrielle Fulgence Françoise née à Bagnères de Luchon le 1er octobre 1855

ADHG Bagnères-de-Luchon NMD (collection communale) – 1855 vue 61/94

⦁ Revue du Comminges janvier 2001

⦁ Comment et quand réussit-elle à épouser l’élu de son cœur ? (1 pt)
⦁ En attendant sa majorité
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6539898h/f157.image.r=SACAZE%20SAPENE

⦁ Voici le portrait de son époux, donnez la date de sa naissance, de son décès et le lieu de son inhumation. (1 pt)

⦁ Julien Etienne Léopold Sacaze né le 24 septembre 1847 à Saint-Gaudens

⦁ ADHG Saint-Gaudens collection communale NMD 18747-1850 vue 63/334
⦁ Décédé le 20 novembre 1889 à Toulouse

⦁ AM Toulouse D 1889 vue 366/523
⦁ Inhumé à Bagnères-de-Luchon

⦁ Quelle est sa principale passion ? Donnez-en la définition. (0.50 pt X 2)
⦁ La grande passion de Julien Sacaze sera cependant l’épigraphie suite à un voyage en Italie en 1880. De retour dans les Pyrénées, il se lance dans le recueil et l’étude des inscriptions antiques, première approche, très archéologique, de la question des langues pyrénéennes. Il publie dès 1880 L’épigraphie de Luchon (Paris : Librairie académique Didier et Cie), dans lequel il consacre une note marginale aux inscriptions occitanes de l’Église de Cazeaux-de-Larboust (Haute-Garonne). Son ouvrage majeur, Les inscriptions antiques des Pyrénées (Toulouse, Privat) ne paraît cependant qu’en 1892, trois ans après sa mort
⦁ https://vidas.occitanica.eu/items/show/2105?lang=fr
⦁ L’épigraphie est l’étude des inscriptions réalisées sur des matières non putrescibles telles que la pierre, l’argile ou le métal. Cette science a pour objectif de les dater, de les replacer dans leur contexte culturel, de les traduire et de déterminer les informations qui peuvent en être déduites. ⦁ Wikipédia

⦁ Il a œuvré notamment dans le village des ancêtres de sa belle-famille, quel est ce village ? Trouvez le témoignage écrit en 1885, de ses études. (1 pt)
⦁ Cazaril-Laspènes

⦁ C’est dans la monographie communale que l’instituteur évoque Julien Lacaze vue 55 & 56/64 :

 

⦁ Pour la petite histoire j’ai essayé de remonter cette généalogie pour la confronter à celle du généalogiste, j’ai bien trouvé des « Sapene de Payssas » mais pas le lien avec notre famille Sapène !

⦁ Trouvez la descendance complète de ce couple. (1 pt)
⦁ Julien SACAZE marié le 17 avril 1877, Paris-VIème avec ⦁ Gabrielle SAPÈNE
⦁ Éva Julie Gabrielle Léopoldine née le 2 février 1878 à Saint-Gaudens, décédée le 11 mai 1952 à Toulouse

⦁ ADHG Saint-Gaudens collection communale NMD 1878-1879 vue 12/213

⦁ Aventine Julie Gabrielle Marie « dite Edith » née le 17 juin 1880 – Saint-Gaudens décédée le 20 mai 1960 à Bagnères-de-Luchon

⦁ ADHG Saint-Gaudens collection communale NMD 1880-1882 vue 55/319
⦁ Toutes les deux, célibataires, sans descendance.

⦁ Que confie la dénommée Edith en mai 1960 ? (1 pt)
⦁ Les copies des lettres de ses parents

 

Le généalogiste
⦁ Dans ses multiples délires, l’aliéné a eu recours à un généalogiste, tantôt typographe, homme de lettres, libraire…qui est-il, où est-il né ? (1 pt)
Par l’article de presse suivant, on apprend qu’il s’appelle Alphonse Bremond et sur le recensement de 1872 à Toulouse qu’il est né à Strasbourg

⦁ Combien de temps ont duré les recherches de ce généalogiste ? Quel a été l’aboutissement direct puis indirect (ce dernier en 1900) de ces investigations ? (1 pt)
⦁ 9 ans
⦁ Au blason des « Sapene de Cazarilh » et, indirectement :
⦁ Au baptême d’une cloche dans le village de Cazarilh dont devint Maire, Albert Sapene en 1900 (toutes ces réponses ont été prises en compte)

⦁ Journal « Le temps » du 22 mai 1921 article intitulé « Après l’audience »
⦁ Qu’a -t-il publié en 1863 ? (0.5 pt)
⦁ Le Nobiliaire Toulousain

⦁ On retrouve le fils de ce dernier, dans un article de presse, en 1901, de quoi s’agit-il ?
(1 pt)
⦁ A la recherche de sa descendance, dans le recensement de 1872 à Toulouse canton centre au 2 rue Saint Etienne :

⦁ Deux pistes, la recherche de son acte de naissance à Strasbourg et son acte de mariage

⦁ http://archives.bas-rhin.fr/detail-document/ETAT-CIVIL-C478-P1-R293036#visio/page:ETAT-CIVIL-C478-P1-R293036-3419160
⦁ AD 67 N1826 Strasbourg vue 46/89
⦁ Dans les tables décennales, mariage à Toulouse le 17 décembre 1849 avec Grimaud Emilie :

⦁ AM Toulouse M 1849 vue 251/277

⦁ Alphonse, Marie, Florent Bremont né le 31 mars 1826 à Strasbourg (67) avec Anne Louise Emilie Grimaud née à Saint-Loup (31) le 14 novembre 1826

⦁ ADHG Saint-Loup-Cammas. NMD 1823-1832collection communale vue 48/102

⦁ Faillite de son commerce à Paris

⦁ Enfin, quelle a été l’issue du procès qui a tant défrayé la chronique ? (0.50 pt)
⦁ Après une décennie, voire plus, de procédures, c’est la sœur qui hérite : Gabrielle Sapène veuve Sacaze.

 

Et pour clore cette histoire rocambolesque voici le lieu de d’où démarre l’intrigue…

Merci à tous les participants .

Les deux gagnants sont :

Yveline et Ann

                   
               

3 réflexions sur « La Solution de l’énigme de Folie… »

  1. Bravo aux gagnantes ! Il faut que je recherche où j’ai trouvé que le Dr Marchant était assassiné d’un coup de couteau….

  2. Dommage car pour moi li n’y avait qu’une seule énigme celle débutant par l’ assassinat de G.Marchant par G.Aymes en fait il y avait 2 aliénés avec une histoire bien différente. Bravo aux gagnantes.

    1. Bonjour,
      J’étais partie sur le même principe. Après quelques heures passées sur Aymes, je me suis aperçue de mon erreur. Après les questions étaient plus pertinentes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *