Montesquiou ( la réponse )

Voici les réponses à cette enigme :

Un paraphe à rendre à son propriétaire, une famille à découvrir…

Je ne vous entraîne pas dans la patrie de d’Artagnan lié à ce nom, qui nous vient certainement du village de Montesquiou dans le Gers. Nous allons ensemble découvrir que nous avons aussi des

« Montesquiou » devenus des « Montesquieu » dans notre cher département de la Haute-Garonne et ils sont légions !

  1. Sous la monarchie de juillet, année de la naissance de Cézanne : deux communes de la Haute-Garonne sont réunies, quel est le nom de ce village et la date de cette union ? (1 pt par réponse 2pts maximum)
    • Montesquieu-Guittaut
    • 1839 Paul Cézanne, né le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence et mort le 22 octobre 1906 dans la même ville

 

 

AD31

 

  1. Cette commune a connu deux autres dénominations, lesquelles ? (1 pt par réponse 2pts maximum)
    • Montesquieu Sarréra
    • Montesquieu de l’Isle

(Cf monographie communale de la commune de Montesquieu-Guittaut)

 

  1. Dans ce village, une légende implique la famille de Noé en Comminges où l’on voit apparaître nos « Montesquieu ». Trouvez cette légende et le nom complet de cette famille ? (2pts)
  1. Dans ce village, une légende implique la famille de Noé en Comminges où l’on voit apparaître nos « Montesquieu ». Trouvez cette légende et le nom complet de cette famille ? (2pts)

 

Monographie de la commune 1886 ADHG MONTESQUIEU GUITAUT Monographie de la commune 1886

Extraits de la page 7 à la dernière page

Légende : En l’année 1680, le Domaine seigneurial de Montesquieu-Guittaut ainsi que son château féodal était habité par la famille de Noé, et en l’année 1713, on a vu que ce même domaine était la propriété de la famille Montesquieu de Lamalathie.

Un habitant de la commune, vers 1830, a communiqué avec un vieillard âgé d’environ 85 ans (M. Micou de St Lary) parent de la famille de Lamalathie. Celui qui rapporte la légende lui demanda comment il se faisait que la famille de Lamalathie avait succédé à celle de Noé et cela de 1680 à 1713. Voici ce que raconta Mr Micou de St Lary. La famille de Noé se composait de cinq personnes, le père, la mère et 3 enfants, trois garçons. Les deux frères aînés étaient au service militaire à Paris. Il restait au château le père, la mère et le dernier enfant âgé d’environ 16 ans.

A ces époques le Droit de chasse n’appartenait qu’au seigneur, et le Domaine de montesquiou était souvent troublé par des chasseurs.

Deux gentilshommes, l’un appelé Mr de Savarie, domicilié à Puymaurin et l’autre Monsieur de Beaudéan de la commune de Boissède venaient se livrer à la chasse sur ce domaine malgré la défense du seigneur propriétaire. De graves discussions avaient eu lieu. Un jour Mr de Noé, père accompagné de son jeune enfant, fut à la rencontre des chasseurs. Une vive altercation eut lieu entre eux et le résultat fut que le père de Noé et son fils furent tués sur place. La mère maintenant veuve, fit part à ses enfants militaires de ce qui s’était passé. L’aîné revint incognito à Montesquieu et sur le rapport que lui fit sa mère, que les chasses continuaient sur le domaine assez souvent, Monsieur de Noé s’enferma dans le château et attendit. Un jour, et ce jour aurait été un samedi matin, ayant compris que les chasseurs seraient revenus, il se dirigea vers eux. Il ne rencontra que Mr de Savarie. Celui-ci lui dit que Mr de Beaudéan devait se rendre à l’Isle en Dodon. Un duel eut lieu et Monsieur de Noé vengea la mort de son père et de son jeune frère. Immédiatement après, il monta à cheval se rend à l’Isle en Dodon et attend Mr de Beaudéan qui ne tarde pas à arriver. Celui-ci aussi fut tué près de l’ancienne Maison Lalubie où les hauts personnages menaient leurs chevaux. Ayant exécuté son projet, Monsieur de Noé remonte à cheval et au lieu de rentrer à Montesquieu, il se dirige sur Paris. C’est ainsi que cette famille aurait disparu puisqu’aucun des deux frères ne vint habiter le domaine. Ces faits sont-ils de l’époque ? celui qui le raconte l’ignore. C’est ainsi que cela lui a été raconté. Madame de Noé, veuve, se remaria avec un certain de Lamalathie, d’origine espagnole, gouverneur d’Auch. De ce mariage, il n’y eut point d’enfant, et ce Monsieur de Lamalathie, grand ami de la famille de Montesquiou-Fezensac aurait fait hériter un membre de cette famille à la condition qu’il ajouterait à son nom De Montesquiou, celui de Lamalathie. Ce qu’il y a de certain dans cette légende c’est que la famille de Noé était propriétaire du domaine en 1680, et en 1713, c’était la famille de Montesquiou de Lamalathie.

…………Cette famille est éteinte on en a connu deux dans la commune, l’un était prêtre ancien déporté* et l’autre ancien émigré qui ne fut jamais marié….

Autre réponse acceptée :

  1. La Révolution française est la période de notre histoire où l’Église catholique fut le plus fortement réprimée par l’État. Un des descendant de cette famille est prêtre, réfractaire. Dans quel endroit a-t-il été déporté ? (1pt)

 

Pendant la Révolution française de 1789, un prêtre réfractaire est un vicaire, un curé ou un évêque qui refuse de prêter le serment de fidélité à la Constitution qui leur est imposé depuis le 1er décembre 1790.

*Trouvée mention de Lamalathie vicaire du Comminges déporté à Rochefort sur Gallica page 45

  • Revue historique / dirigée par MM. G. Monod et G. Fagniez Couderc, Camille (1860-1933).

·         Ce prêtre réfractaire Bernard Maurice Gabriel LAMALATHIE, vicaire de Saleich a été déporté à Cayenne en Guyane.

  1. Journaliste, homme politique, Maire de Paris, cet illustre commingeois est apparenté à cette famille, trouver ce lien de parenté . (2pts)

Revue de Comminges – 1922 (A1922,T36)

Armand MARRAST avait pour grand-mère maternelle Catherine de LAMALATHIE originaire de Montesquieu. Mariée à Jean Bernard de MARRAST, ils ont eu une fille Marie Sophie née le 27 février 1772 à Puymaurin et mère de Armand

Revue du Comminges

·         Le maire de Paris Armand Marrast est donc l’arrière-petit-fils de Louis Géraud Lamalathie qui est le neveu de la veuve Noé

  •  
  1. Qui est-il ? Nom prénom date et lieu de naissance (2pts)

 

  1. Ou fut-il inhumé ? Qui prononça son éloge funèbre ? (3pts)
    • Il fut inhumé au cimetière Montmartre

  • C’est Lamartine qui prononça son éloge funèbre

 

  1. Quels sont les états de service de son frère aîné ? (2pts)
    • Base Eléonore

  • Jean Bernard Catherine Valentin MARRAST né le 22 février 1794 à Toulouse Procureur Général près la cour d’appel de
  •  
  1. La signature est attribuée à celui qui épouse Thérèse d’Arros de Méritens, donnez la date et le lieu de ce mariage. (2pts)
    • Le 18 février 1751 à Montesquieu-Guittaut

ADHG MONTESQUIEU GUITAUT BMS 1737-1796 vue 44/253 (1 E 1 registre

paroissial – collection communale – 1737-an V)

 

  1. Deux des frères de l’époux sont soldats au régiment du Hainaut qui sont-ils ? Quels sont leurs états de service ? En quelle année a été dissoute cette compagnie ? (3pts)

·         Les deux frères sont :

  • Félix de la MALATIE de MONTESQUIEU né le 23 septembre 1733 à Montesquieu-Guittaut, décédé le 30 avril 1809 à Saint-Laurent, sur Save
  • Jean Maurice de la MALATIE de MONTESQUIEU né le 24 septembre 1718 à Faget-Abbatial (32) Revue de Comminges 1971/01 (A1971,T84)-1971/03. (p 271) décédé le 26 janvier 1775 à Montesquieu-Guittaut baptisé le 29/09/1718 Faget- Abbatial

Gallica Janvier 1972 page 119

·         La compagnie du Hainaut a été dissoute en 1762

Gallica Revue de Comminges 1972 page 118

 

 

Pour en savoir plus sur cette famille, Gallica Revue de Comminges 1971/01 (A1971,T84)- 1971/03. (de la page 270 à la page 285)

Gallica Revue de Comminges 1972 de la page 114 à la page 123)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *